Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 21:40

                                                        Et une de plus……

 

            L'équipe en photo souvenir

 

                   Une semaine en Vanoise. Une de plus à ajouter à celles effectuées depuis 1984 dans cette région.

            Mon bonheur, cette année encore, se voit décuplé par le plaisir que j’éprouve à faire visiter ‘’ mon coin de Vanoise’’ à un groupe d’amis randonneurs. J’y suis à l’aise depuis que j’en arpente ses chemins. Cela remonte à près de trente ans où en famille nous partions accompagné d’un guide sur les sentiers du Montcenis, des Evettes, du lac d’Ambin visiter tout ce que la région avait à nous faire découvrir. J’en ai retenu les leçons que m’a appris la montagne et mémorisé les sentiers qui en parcourent ses flancs et ses vallées.

            Je suis cette semaine, pour l’occasion, le maillon qui veut contribuer à faire naître chez les Galéjaïres de Barbentane la passion que je garde pour les paysages perchés et particulièrement pour ceux de cet exceptionnel terroir.  

 

                         Une partie de Lanslebourg et la Dent Parrachée fin juin 2013.

  

                La Dent Parachée prise du C.I.S de lanslebourg

 

                       ___________________________________________________

 

 

            Je suis un séjournant chronique du parc. J’en contrôle les effets de manque en y retournant régulièrement. Je viens m'en recharger de ses images qui au fil des ans deviennent moins précises à mes souvenirs. C’est ainsi, bien que cet hiver et ce printemps les aient fourni d’un épais manteau blanc, je peux attester du recul des glaciers qui garnissent le cirque des Evettes, celui de la Dent Parrachée et de nombreux autres encore qui de près ou de loin bordent la haute vallée de l’Arc.

             Ce qui ne change pas et qu’il m’est toujours agréable à partager, c’est la rencontre avec Christophe, Françoise, Annie, Marie-Christine, Malika et autres personnels du centre international de séjour de Lanslebourg. Village de Haute Maurienne-Vanoise logé au pied du col du Montcenis qui devient pour un temps mon espace de vie.

             Je peux également dire combien il m’est plaisant de revoir mes copains de la station voisine. J’évoque là le souvenir de certains moniteurs de ski que j’escortais dans le cadre des cours qu’ils donnaient aux élèves des écoles primaires de Morières qu’alors j’accompagnais sur les pistes. Je les rencontre aujourd’hui au cours de mes randonnées. Chargés pour la saison d’estive de leur mission de fermier, ils restent ces gens affables qu’il m’est permis depuis longtemps de tutoyer. Dans son chalet d’alpage au col du Petit Montcenis pour Bernard ou sur le sentier conduisant au refuge de La Femma pour jacques et Robert, nos retrouvailles que le hasard pilote restent des moments forts.          

 

                                         ________________________________________

 

                 Sans tenir compte de la chronologie du programme de la semaine, je vais vous conduire pour la journée à La Femma.          

 

           Refuge de la femma

 

 

                 Sa visite est l’une de mes incontournables programmations lorsque je suis à Lanslebourg. Je n'ai jamais séjourné en Vanoise l’été sans passer par le refuge de La Femma.

                 Il est gardé par Claire depuis que la montagne lui a pris son mari guide. Femme courage qui m’a confié combien parfois l’attente est longue avant que la bonne saison lui amène les clients dont elle a besoin pour vivre. Le refuge, dont elle a la gérance, est ouvert à partir du premier mars pour accueillir les trekkeurs à ski et cette saison 2013 fut particulièrement difficile. Les mauvaises conditions climatiques du printemps ont largement contribué à décourager nombre de passionnés de cette activité exigeante en qualités physiques et pointue sur la maîtrise de l’orientation.

          Sa saison se terminera fin septembre où sa clientèle, à partir du mois de juin, devient alors celle des randonneurs pour une halte en famille autour d’un chocolat chaud et d’une tarte aux myrtilles. D’autres y séjournent le temps d’un repos avant de repartir pour un circuit en itinérance vers d’autres abris. En direction de Val d’Isère pour certains ou, à l’opposé, vers le col de la Vanoise pour rejoindre le refuge Félix Faure.           

                                                 _______________________

 

          

 

           Lac de Bellecombe.

 

 Lac de Bellecombe. La Grande Casse ( 3855 m ). Photo du net.

 

 

                  À partir du parking de Bellecombe, gravir un verrou glacière qui retient le lac du même nom. Laisser à main gauche le refuge de Plan du Lac pour prendre un layon taillé à mi flanc de montagne. Ce sentier panoramique est l’exemple d’un tracé réfléchi. A l’aplomb des chapelles de La Lanserlia, dans un cadre de composition rocheuse qui leur sert d’abri, chaque printemps niche un couple de Lagopèdes. J’ai cette année encore eu le privilège de voir s’envoler le mâle dont le caquètement particulier à cette espèce me signifiait son mécontentement pour l’avoir dérangé.

             Plus loin, au niveau d’une grande fondrière* dont l’entonnoir compte plusieurs dizaines de mètres de circonférence et une profondeur impressionnante, en contrebas, se situe le refuge de Plume-Fine.

 

                                                                                   1986 Le refuge de Plume-Fine

 

Le refuge de Plume-Fine.      

 

      

             Plus loin, au niveau d’une grande fondrière* dont l’entonnoir compte plusieurs dizaines de mètres de circonférence et une profondeur impressionnante, en contrebas, se situe le refuge de Plume-Fine.        

 Il fut lors de séjours précédents un lieu de nuitées qui reste parmi mes meilleurs souvenirs en matière d’originalité. Je me dois, toujours dans un cas de figure identique, y ajouter celui de Bramanette qui se trouve sur un autre circuit.

 

            En cette fin de juin 2013 de grands névés dont la langue recouvre encore le sentier nous oblige à inventer un itinéraire de fortune. En forte déclinaison, ils présentent un danger pour qui ne sait pas y imposer sa trace du talon. Quelques glissades, bien que sans conséquence nous ont contraints à devoir les contourner par l’amont.

 

 Vanoise. On le contourne ou on se l'affronte!!

 

 On se le contourne ce névé ou alors on se l'affronte!

 

            Il est beau, mais il est long ce chemin qui conduit à La Femma. Nous traversons à présent un très grand pierrier qui impose un regard précis et constant quant à la pose de nos pieds. Des blocs en bascule sont autant de pièges qui font nous trouver au sol sans avoir eu le temps d’en anticiper les risques de chute.

            Cet univers minéral reste la marque d’un bouleversement gigantesque. Lointaine époque où notre terre s’est façonnée afin d’offrir à nos yeux les scènes d’un spectacle en  continuelle renaissance. Les quatre saisons y sont riches de changement. Chacune d’elle y est habitée par des locataires différents et fleuries par des espèces végétales aux particularités et nuances distinctes.

           Ce milieu a pour caractère de me fasciner, de m’éblouir, de m’interroger. J’imagine son armée de soldats de pierres détentrice du souvenir de la naissance du monde. Tels des sentinelles à l’allure parfois humaines, les rochers qui bordent le chemin ont sans doute vu naitre, puis disparaître les unes après les autres ces espèces d’animaux qui font aujourd’hui la richesse des films de fiction. Ils ont également vu passer les tribus des premiers hommes en quête de cette nourriture animale dont ils suivaient les migrations. Ils ont entendu des propos d’alliance, puis de trahison qui se tramaient au sein des longues files composées d’envahisseurs venus du fin fond de la Rome ancienne et de toute l’Europe. Ils sont les témoins du déroulement de la vie sous toutes ses formes et ce depuis des millénaires. Au delà de ce que j’en pense, je crois que cela ne peut pas être contesté.

          Chez moi, vous l’aurez compris, la montagne met en route un imaginaire que mon conscient s’interdit à réprimer. Marcher pour marcher ne me suffit pas. Il me faut en illustrer l’effort par toutes les images concrètes que mon œil peut saisir.

         J’aime également penser que la montagne a des histoires à me raconter auxquelles viennent se superposer celles dont il me plait à croire.

 

         Le fort enneigement de l’hiver et plus récemment celui des mois de mars et d’avril font éclore sous la chaleur de midi des cascades au dessus des moindres corniches ou ressauts de terrain. Selon l’angle qu’elles présentent au soleil, de mini arcs-en-ciel les illuminent de faisceaux colorés.

         Nous laissons sur la droite le sentier qui rejoint Lanslebourg. Je me souviens avoir fait le circuit avec Christian Lapierre il y a…. .... 

 

           Nous avions pris notre casse-croute aux bords des petits lacs glacières qui sont nichés au pied de Lanserlia. C’est là que je l’ai vu se baigner dans une eau qui ne devait pas atteindre les dix degrés. Soixante et dix ans passés, il avait le pied leste et un esprit de jeune homme dont l’expression m’entrainait vers des voyages surprenants. J’ai encore en mémoire la descente sur le refuge du Cuchet où comme un cabri il progressait par bonds. A quelques encablures du sentier broutait un impressionnant rassemblement de chamois. La montagne, les rencontres m'ont parfois amené à vivre des images surréalistes.

          Bonjour, Adieu, comme il te plait d’entendre Christian. Cette croisée des chemins vient de nous réunir à nouveau par les pensées que je t'adresse. J'apprécie ce temps précieux du souvenir  qui aujourd'hui vient d'en produire le miracle.

 

 Cristian dans le Grand Vallon

 

                                                               L'Ami Chistian

 

            Un abri, des plaques commémoratives, une porte spécialement aménagée pour réguler le flux des troupeaux de génisses marquent l’entrée du long et étroit bout de terre qui conduit à La Femma par le vallon de La Rocheure.

 

 Photos perso Vanoise 2013 et divers 064

 

           Lieu merveilleux que celui du vallon de la Rocheure dans lequel cohabitent marmottes en nombres et vaches de race Tarine et abondance, ces laitières dont le lait produit le fromage de Beaufort.

 

Vanoise. Veaux avec l'anneau du sevrage.

 

 Anneau posé pour sevrer les veaux du lait de leur mère

 

Anneau de sevrage posé au museau des génisses pour les empécher de téter leur mère.

  

               

 

Station de traite ambulante

 

 

       Le Gypaète barbue y a trouvé refuge depuis sa réintroduction dans les années 1970. Les fleurs y poussent à foison et le bruit du torrent accompagne le randonneur d’une musique en cascade.

 

 

Aster des Alpes

 

 Vanoise. Aster.

 

 

Le refuge de La Femma s'aperçoit au fond à gauche du cliché.

 

               Après être passé au pied d’une grande croix en bois, au bout du sentier l’espace s’élargit. Un pacage se dessine pour offrir aux ruminants une luxuriante aire de repos. Sous leur regard curieux, vaches, génisses et veaux sont tellement nombreux que nous devons nous tracer un passage entre leurs cornes et leurs fessiers rebondis. Il est treize heures et rien ne semble pouvoir troubler leur ultime digestion.

 

Le repos des laitières de la Femma.-copie-1

 

      La demi-étape est atteinte, le refuge de La Femma se présente enfin à nos yeux. 

 

 

 Trois des Mousquetaires du groupe des Galéjaïres de Barbe

  Sur le retour: "Les chevaliers servants" d'Aline!

 

* Fondrière.  Plus précisément pour celle dont je cite l'emplacement :

                       Il s'agit là d'un phénomène géologique qui se traduit par un affaissement de terrain suite à la dissolution de certaines roches composant le sous-sol.

 

                                  La suite de nos randonnées.......prochainement.....

 

                                       ________________________________

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

jackie 06/08/2013 00:19

Bonsoir Marcel,
Je viens de lire d'un trait votre randonnée en Vanoise. Ce magnifique récit m'a fait faire une promenade, que je suis incapable de faire physiquement, mais j'avais l'impression d'être avec votre
groupe à voir tous ces beaux paysages.
On voit que vous connaissez parfaitement le moindre coin, les montagnes, les refuges depuis tant d'années vous faites parti d'eux.
Merci Marcel pour ce moment unique que je viens de passer grâce à vos écrits. Avec toute mon amitié Jackie

Marcel Tauleigne 06/08/2013 06:57



Jackie, Je peux, effectivement, dans un rayon de plusieurs dizaines de kilomètres autour de Lanslebourg conduire un groupe sans avoir besoin d'une carte. Avec Josyane et des amis, nous avons pas
mal crapahuté ailleurs, dans les Pyrénées en particulier, mais mes préférences restent pour les " Grandes Alpes " avec, outre la Vanoise, le Briançonnais et le Queyeras. Certes il y a les monts
du Vivarais que j'affectionne, mais là mes raisons sont ailleurs et d'un autre ordre. Vous les connaissez. Bises.Marcel



Présentation

  • : Le blog de Marcel Tauleigne
  • : Il s'agit d'un blog dont l'objectif principal sera de présenter mes occupations de loisir. Mon travail d'écriture, ma peinture, ainsi que ma passion pour le sport,dont je m'apprète à commenter certains souvenirs.
  • Contact

Recherche