Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 09:49

                            Randos’ en Vanoise... suite

                                 

             Barrage de Plan-d'Amont.

 

 

             Barrage de Plan d'Amont.

 

                                               Le barrage de Plan d'Amont.

 

              Les barrages de Plan d'Aval et de Plan d'Amont.

 

Les lacs artificiels de Plan d'Aval et de Plan d'Amont.

 

 

Vers le refuge de la Dent Parrachée

 

                  Refuge de La Dent Parrachée

 

Qui a dit que nous étions en été !

 

                             Depuis que nous sommes arrivés en Vanoise, à part quelques heures dispersées ci et là dans la journée, rien n’est vraiment conforme à une saison d’été. Je rappelle que j’y promène mes chaussures de marche et mes skis depuis…….1984, et pour ce qui est de la saison estivale, je n’y ai jamais rencontré pareille semaine quant aux conditions climatiques.

             Aujourd’hui, encore, le temps n’est pas de la partie. Le ciel ne dit rien de bon. Compte-tenu de cet élément, la rando’ prévue doit être revisitée à la baisse, à la fois sur son itinéraire, mais également au niveau de sa difficulté.

              Le premier objectif visé était La Croix D’aussois et si possible la Cime de l’Observatoire à 3015 mètres. Au regard des indices que nous apportent certaines informations visuelles, il n’est plus question d’imaginer pouvoir satisfaire cette ambition. En altitude, les couloirs sont trop enneigés pour monter sans un équipement approprié. Plus bas, les passages qui habituellement se font à gué sont inondés. La décision de changer de cap s’impose alors d’elle même.

                                  _____________________

 

              Après avoir laissé à main gauche le sentier qui monte au col de la Masse, après être passé sur le pont de bois sautant l’un des ruisseaux qui alimentent le lac amont, nous abandonnons définitivement l’itinéraire initialement prévu. Direction est prise vers le refuge de La Dent Parrachée.

             Un vent glacial nous oblige à nous vêtir d’une tenue chaude, dont fort heureusement chacun est équipé. Comme en plein hiver, l’onglée nous paralyse les doigts malgré de bons gants. Bonnets et anoraks ne sont pas superflus pour lutter contre les morsures du froid. Le climat de la haute montagne est là, aujourd’hui, pour nous rappeler aux fondamentaux du randonneur.

            Le pas est lent, le regard se doit d’être attentif est précis car le terrain est glissant. Le groupe est muet. Alors que d’autres ont pris les devants, quelques inquiétudes se manifestent parmi les retardataires. Les esprits doutent au point de devoir rassurer les soucieux, les fatigués, les nouveaux.

 

  En direction du refuge de la Dent Parrachée

 

         À présent le brouillard bouche la vision qui réconforte quand la vue porte au loin. Quand on peut entrevoir ou imaginer le point qui mettra un terme à l’effort à consentir.

           Bien que le sentier soit balisé correctement, la consigne veut que les premiers attendent à tous les changements de direction. Les regroupements évitent de marginaliser les marcheurs plus lents. Le temps de quelques longueurs…….. ils se sentent à nouveau appartenir à l’équipe.

          Les habitués de ce type d’organisation ne me démentiront sans doute pas sur le sujet, tant il est difficile de faire un groupe homogène et ce pour différentes raisons. Outre la condition physique, élément à prendre en compte et qui détermine pour partie l’allure, il y a pour d’autres sujets, la recherche d’une quête qui se veut personnelle, voire spirituelle. Il y a également les photographes. Il y a les botanistes qui s’assurent de leurs connaissances en cherchant la bonne page de leur répertoire floral. Il ya les ‘’coursseurs’’ de marmottes, il y a…., il y a…...

        Même si le refuge reste caché par la brume, des signes annoncent sa proximité. Une corde faisant office de main courante assure la montée d’un long névé. Des guirlandes constituées de petits drapeaux de type tibétain sont autant de messages qui précisent………….….enfin notre cible.

 

 Au refuge de la Dent Parrachée. Les miss du groupes

 

                               L'équipe des féminines au refuge de la Dent Parrachée.

 

        Au refuge de la Dent Parrachée, la présence de cette guirlande particulière aux Andes n’est pas fortuite. Ce gîte d’altitude a la particularité d’accueillir régulièrement un sherpa en formation. Il est, là, mis en situation d’apprentissage de la technique des guides français, mais également pour maitriser la langues en vue de travailler plus tard à l’encadrement d’une clientèle francophone dans son pays.

 

                                      _________________________________________

 

                      Texte pris sur internet à la rubrique : "" Le refuge de la Dent Parrachée.""

 

Kaptan, prince de la Vanoise

                                          Kaptan le sherpa du refuge de la Dent Parrachée

 

Kaptan connaît bien le massif de la Vanoise car depuis plus de 10 ans
maintenant, il revient chaque été travailler au refuge de la Dent
Parrachée à Aussois pour la saison estivale. Kaptan est un habitant de
la terre : il est népalais du langtang, au nord de katmandou a la
frontiére du Tibet.
Cette année il a voulu innover un peu, en participant au 6ème North
Face Tour des glaciers de la Vanoise. Une fois les formalités
d’inscription remplies, Kaptan a commencé l’entraînement 15 jours
avant la course là ou d’autres sportifs s’entraînent depuis des mois. Un
entraînement composé de courses aux alentours du refuge, col de la
Masse, col d’Aussois avec certainement quelque record entre Aussois
et le refuge.
Franck le gardien du refuge de la Parrachée et ami de longue date,
s’est chargé de lui trouver un sponsor pour les vêtements techniques
via le magasin Sport 2000 d’Aussois.
Et Kaptan a rejoint Pralognan pour le départ de la course.
Après plus de 4h de course et seulement à mi-parcours, Kaptan est
arrivé au pont de la Sétériat tout sourire et a lâché une phrase
mythique : « Trop plat pour Kaptan» ! Il a ensuite rallié l’arrivée en 10
heures 06 minutes et une poignée de seconde à la 17ème place sur
489 partants. Et le plus beau dans cette histoire, c’est que Kaptan est
rentré à Pied de Pralognan ce matin pour rejoindre le refuge de la dent
Parrachée, avec le sourire. Spécialistes de la lecture d'une carte, je vous laisse en apprécier la distance!
Une formidable leçon d’humilité et de simplicité pour tous !

 __________________________________________

 

            Le retour vers le Fond d’Aussois, pour rejoindre le parking du barrage, se fit en partie sous une averse de neige. Malgré le mauvais temps, l’équipe a su garder le bonnet haut, faisant tête à une adversité….. que d’autres découvraient.... comme un événement.

 

                              Chalets d'alpage dans le fond d'Aussois

                                                                                                                        

 

              Dans le Fond d'Aussois

Dans le Fond d'Aussois

 

                                  ______________________________

 

                                       Souvenirs …souvenirs.

 

            L’accueil dans les chalets de la Vanoise, en tous les cas pour ce qui me concerne, ne m’a jamais déçu. Comme dans beaucoup d’autres, j’ai fait étape et dormi autrefois dans celui de la Dent Parrachée avant d’aller y ‘’faire son sommet glacière ’’.

                                      Nous étions trois à conduire un petit groupe de jeunes personnes prises en charge dans le cadre de soins hospitaliers. Nous les avions préparé à la montagne et malgré un entrainement sérieux, certains se sont rapidement trouvés en difficulté, à cause de l'altitude en particulier. L’objectif, longuement muri, ne pouvait souffrir d’un échec. La course fut rude. Larmes et colères se mêlèrent, traduisant alternativement des actes de démission. Au terme de la réflexion et d’un rappel de l'objectif, pause après pause, ils rebondissaient se promettant les plus folles récompenses dès leur exploit accompli.

           Après quelques encouragements, voir un visage défait s’illuminer à nouveau ne se traduit pas. Cela se vit à deux, en retrait du groupe, dans des échanges intimes, dans l’accueil de la souffrance qui vous est exposée sans pudeur, sans retenue de vocabulaire. Le partage d’une gorgée d’eau, d’une barre de céréales, un regard, un geste affectueux, se convertissaient alors en second souffle. Dans le pierrier qui conduit au pied de l’espace glacière, doucement, tout doucement, les muscles endoloris remplissaient à nouveau leur fonction pour aller plus loin, un peu plus loin.

           Comme par magie, une fois encordé, rassuré sans doute par la proximité de son accompagnateur, transcendé par la beauté mystérieuse de l’environnement que la levée du jour colorait de mille facettes, valorisé par le sentiment de l’exploit, il est arrivé. Ils sont tous arrivés au sommet de leur Himalaya.

          Une cordée d’Italiens était parvenue avant nous au sommet. Dotés comme à la parade d'un matériel dernier cri, ils s’apercurent rapidement que nous n’étions pas une équipée de montagnards classiques. Ils firent un triomphe à nos jeunes, dont les manifestations de joie firent échos au loin.

         Il a comme celui là, des moments où pour rien au monde l’on voudrait donner sa place......C'était en fin des années 1980.

                                              

 

         2919.jpg

 

 

                                     La Dent Parrachée                                                                                  

 

            Du c.i.s.de Lanslebourg La Dent Parachée

 

 

Le sommet de la Dent Parrachée vu du centre international de séjours de Lanslebourg,     où nous séjournions.

 

 

La suite......prochainement !

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Francis 08/10/2013 07:22

Les marmottes sont bien plus répandues que la "bête à deux dos" rencontrée lors de votre dernière balade, mais, par ces conditions météo, les unes comme l'autre préfèrent leur nid douillet. Quand
les conditions météos sont éprouvantes, l'amitié, à condition que le(s) "chef(s)" tienne(nt) encore mieux, en ressort renforcée... les féminines des Esclops n'ont pas l'air malheureuses, mais où
sont donc passés les éléments masculins... grelottant près de la cheminée du refuge ? Sans conteste un très grand moment gratifiant que d'amener ici et à se surpasser des patients fragiles !
Amitiés et belles balades

Marcel Tauleigne 08/10/2013 23:25



Bonsoir Francis, Cela fait plusieurs fois que je repasse par le refuge de la Dent Parrachée depuis cette magnifique et mémorable expérience partagée avec ces jeunes. En fait nous étions là en
préparation pour l'ascension du Mont-Blanc qui eut lieu l'année suivante ...mais....sans moi... faute de budget. Quant aux éléments masculins ils, nous, étions effectivement à l'abri pour "
tester " la qualité d'un génépi destiné à nous prémunir de la froidure que nous savions devoir affronter dès la porte du refuge franchie !!!!!



jackie 07/10/2013 20:08

Bonsoir Marcel, Il faut avoir une foi immense pour entrainer, comme vous le faites, des jeunes dans un exploit pareil. Vos descriptions de ces beaux paysages sont précises et virtuellement on se
sent grimper et admirer au loin tous ces sommets magnifiques.
Merci de nous faire partager votre passion. Amitiés Jackie

Marcel Tauleigne 07/10/2013 22:48



Jackie, Pour ce qui est des jeunes dont je parle dans"" souvenirs souvenirs ""cela remonte déjà à trente ans. Bien que je reste encore aujourd'hui un passionné de la grande montagne, je me vois
mal marcher de nuit à la frontale sur des terrains aussi  peu hospitaliers que ceux conduisant à  l'approche des glaciers. Bien qu'il sache savoir en maitiser l'encordement, la
gestion des crampons et du piolet, le glacier en lui même représente la cerise sur le gâteau. Je continue à prendre du plaisir en adaptant les sorties à mon niveau ........et à celui du trois
quart de siècle que je porte sur mes épaules !!!!


Merci pour vos commentaires et votre assiduité à me lire. Marcel



Présentation

  • : Le blog de Marcel Tauleigne
  • : Il s'agit d'un blog dont l'objectif principal sera de présenter mes occupations de loisir. Mon travail d'écriture, ma peinture, ainsi que ma passion pour le sport,dont je m'apprète à commenter certains souvenirs.
  • Contact

Recherche