Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 19:34

 

        Compte rendu…. d’une cyclo randonneuse !

 

 

                                      Avec Hubert dans le Luberon.

 

       -Pour me tester dans le ‘’dur’’, comme il se dit chez nous dans le midi, je suis chargée en ce jour d’été de hisser mon partenaire cyclo au sommet du Luberon. Le petit, nommé ainsi par les "scientifiques" pour en minimiser vilement sa hauteur!

 

                                              Le ''petit Luberon''

 

       -Petit, allez le dire à d’autres, à ceux qui ne l’ont parcouru que sur la carte Michelin et encore sans connaître ce que signifie une courbe de niveau. Petit vous dites? Mais quelle injure à vouloir ainsi le rapetisser, lui, qui pour parvenir à sa cime, une corde à nœuds serait mieux adaptée que ne l’est ma modeste monture.

En effet, pour honorer mon contrat, j’ai du gravir des pentes au pourcentage proche de celui rencontré dans les cages d’escaliers. Si au terme de l’ultime ascension, mon courage me valu une reconnaissance appuyée de la part de mon cavalier, les efforts pour le conduire au terme de son objectif me coûtérent grincements de chaînes et torsions de mon squelette dans tout ce qu'il comprend de visseries! 

 

 

                                             Mon moment de repos!! 

 

                                                                                               Un repos bien mérité!

 

       -Il fallait voir avec quelle hargne il m’appuyait sur les pédales pour que je ne reste pas scotché au macadam. Sa fierté à ne pas vouloir poser pied à terre l’obligea à repousser à la limite du supportable, les crampes que l’acide lactique infligeait à ses cuisses. Au même rythme que son souffle s’accélérait, je l’entendais raller après son ami Hubert, qui, laissait-il entendre, l’aurait entraîné dans ce piège à son insu !

        -Taratata, de cela je n’en crois pas un mot, car quoi qu'il en dise le Marcel, comme le nomme Jules son petit fils, après le col du Pointu et quand on prend la route de la forêt des cèdres pour rejoindre Cavaillon, il n’y à plus d’échappatoire. À moins, cependant, de rejoindre la route basse en descendant sur Bonnieux, et ça, le Marcel, il le savait. J’en déduis donc que la victime, même si elle s’en défend, était bel et bien consentante.

        

                                                                        

Bonnieux

                                           

                              

 
 

      

                                                                                                                                                                               

 

    

 

 

                            

      -Ma venue dans sa famille de vélos en tout genre a pour origine un goût de revenezi en direction de futures escapades qu'il envisage de faire dans son Ardèche, pour laquelle il affiche une attachement particulier. Pour ce type de sortie, habituellement il chevauchait sa randonneuse 650 de chez Valéro, mais le voilà aujourd’hui tenté par le changement. Tout d’abord en ajustant quelques modifications à son matériel. En effet, pour la circonstance, le vétéran est venu au guidon plat et aux braquets des vététistes. Le premier élément est plus confortable pour ses vertèbres cervicales. Quant aux développements plus étagés, ils lui permettent de rester sur le vélo quant la pente se fait grave !

      -Il faut dire que le bonhomme a vieilli, et s’il lui reste quelque appétence pour les randonnées, il sait devoir les faire avec cette raison, qui je le dénonce, lui fait parfois défaut!

 

                                    Robion.jpg

 

       -Parti ce matin de Robion, me voila en compagnie de l’équipage de son ami Hubert. Je veux parler de l’un de ces cycles conçus pour le long court avec éclairage, porte sacoches et autres accessoires qui en font davantage un vélo imaginé pour faire les courses ménagères que de la route. (Cependant, les spécialistes sauront en apprécier la différence.)    

                                                                                                                              -Je note pour lui rendre hommage, moi qui n’est encore rien fait de particulier et pour cause, car je suis nouvelle sur le circuit, que le cycle d'Hubert affiche à son compteur plusieurs raids internationaux. Vous pouvez à présent imaginer l’émotion qui fut la mienne quant au moment des présentations son palmarès me fut évoqué. Pour faire court, il a franchi tous les grands cols des Alpes italiennes et suisses dans le cadre d’un Thonon-Trieste et d’un Thonon-Venise. Plusieurs flèches pascales, des traversées mer-montagne, les Pyrénées, les Alpes françaises (cela va de soi ), des tours en Toscane, en Espagne etc..etc..

 

                                         Hubert, mon compagnon de route

 

                                                                                  Assis: Hubert, mon compagnon de route 

 

      -De Robion, village blotti au pied du massif dont il est question d’en escalader la rudesse jusqu’à son plateau, l’approche se fait en empruntant un itinéraire vélo-route. Il s’agit d’un tracé constitué de toutes petites voies de circulation, peu selon les tronçons, ou pas pratiquées par les véhicules automobiles.

 

                                   Oppéde le Vieux

 

                                                                Oppède le vieux

 

          Une bonne partie du réseau en dessert les hameaux, les villages qui s’accrochent aux pentes de la montagne, et auxquels on accèdent, circuit touristique oblige, par des coups de cul à vous mettre à l’envers. Si le détour en vaut la chandelle, à entendre souffler mon cavalier, je comprends que la répétition des efforts puise dans ses réserves, lesquelles, il le sait, lui seront indispensables pour aborder sereinement l’assaut final.

 

                                                             Clocher du hameau des Rigons

 

        Les Rigons, Oppéde le vieux, Lacoste sont les premières bourgades que notre route permet de longer ou de traverser. Dès sorti du périmètre de cette zone habitable, une piste goudronnée sur l'emplacement d'une ancienne voie de chemin de fer est aménagée au seul usage des cyclistes. Suffisamment rare dans nos contrées,  la route, enfin, nous appartient pleinement!

 

                                           Le Chateau de Lacoste

 

                                                                                 Le chateau de Lacoste

 

        Parenthèses : Depuis deux ou trois décennies, la venue dans ce coin de Provence d’habitants issus du monde de la politique, de celui du spectacle et de la culture en général, fait poser sur ces lieux un regard nouveau. Ils y ont amené une autre façon de vivre, de concevoir l’habitat, jusqu’alors pérennisé par le monde paysan qui sont les autochtones de cette région depuis la nuit des temps.

      C’est ainsi que Pierre Cardin a fait renaître de ses cendres le château du Marquis de Sade tombé en ruines sur les terres de Lacoste, où à présent, chaque année se déroule un festival musical et lyrique devenu célèbre. Michel Lebb s’est appliqué à faire en sorte de redonner du lustre à l’église d’Oppéde le Vieux. Nombreux sont celles et ceux qui ont trouvé dans le Luberon un havre de paix et d’inspirations variées.

       Cependant je ne peux m’empêcher de faire allusion au revers de médaille qu'a généré la venue de cette galerie de gens célèbres aux portraits les plus divers. Je voudrais parler, mais je suis là hors sujet, de l’inflation du prix des terrains et des bâtisses qui met hors compétition les enfants du pays qui souhaitent s’installer auprès de leurs anciens. Ils ne peuvent pas s’aligner face à une concurrence responsable d’une spéculation aujourd’hui devenue déréglée.

 

                    ___________________________________________

 

 

           Le biset qui descend des Alpes et que l’on prend de face me remet l’esprit en place et fait tomber à plat un agacement qui, sans crier gare, était venu clandestinement m’envahir. Que voulez vous, on ne se refait pas, d’autant que sur le sujet, je n’ai pas envie d’en changer ma raison.

      Ayant emprunté sur quelques longueurs la voie conduisant à Apt, Hubert me fait découvrir en contrebas de la route un Dolmen qui rappelle une vie bien avant la notre et celle des artistes qui, pensent ils, peut être, laisseront également une trace de leur passé en Luberon. 

 

                                          Le Pont romain St Jullien

 

       Le pont Saint Jullien, vestige Romain, réservé à présent uniquement aux piétons et aux cyclistes nous permet de sauter le Calavon. La piste aménagée par le conseil général nous ballotte de ses petits ressauts. Elle longe, côté nord, le flanc de la montagne, qui faute de pente étale ses derniers plis pour se confondre avec les accotements du chemin.

      Apt, ville du fruit confit par excellence, porte qui ouvre la voie des Alpes, est traversée sans risque grâce au tracé spécialement conçu pour les deux roues mues par la seule force musculaire ! La piste en direction de Saint Martin de Castillon se trouve à présent en partie ombragée. Elle serpente dans une campagne, où pousse la lavande, de nombreuses céréales et quelques vignes.

 

                                                St Martin de Castillon.

 

                                          St Martin de Castillon. En fond: Le grand Luberon!

 

      La rigolade se termine quand nous laissons le chemin filer vers Céreste pour prendre la voie de communication qui monte vers les villages de Castellet et d’Auribeau. Rien de bien terrible encore, mais la difficulté surprend le promeneur dans lequel je m’étais installé.

 

                                                  Fontaine-du-Castellet.jpg

 

       Ce début d’été est particulièrement chaud au point de faire la course aux fontaines. C’est à Castellet que j’ai, pour un temps, perdu la trace d’Hubert. Plus en forme et plus jeune que moi, il était parti à l’avant à la recherche d’un restaurant sans laisser, comme le veut l’usage, son vélo en vue sur le bord de la route !

     Les cyclistes connaissent les comportements que génère ce type d’incident : À savoir que celui qui se sent largué et ne repérant pas l’indice, se met à pédaler comme un dératé pour tenter de rejoindre son camarade sensé être reparti vers l’avant. Cependant la raison et l’expérience, ont fait que les retrouvailles s’opérèrent selon une logique qui veut qu’à un moment donné, l’instinct ou l’inconscient décide que l’un des deux s’arrête pour patiemment attendre l’autre. La situation redevenue normale quand on veut faire équipe à deux, Saignon fut désigné comme lieu pour notre demi-étape. Un restaurant fut enfin trouvé. Il se faisait temps car sans avoir fumé la moquette, je commençais à voir des parpaiouns * faire la farandole devant mes yeux! 

 

 

                                     .Saignon 

 

                                                                                     Le village de Saignon

 

      Un faux plat montant nous amène à la hauteur d’un long plateau duquel débouche la route venant d’Apt par le col du Pointu. À main gauche se dessine ce qui laisse préfigurer d’une bonne suée à venir. En effet, entre les arbres, au loin, une petite route se faufile en lacets étroits vers ce qui laisse croire à un sommet. Il s’agit en fait d’un leurre. Echappant au regard, d’interminables ressauts resteront à franchir avant d’en atteindre le bout, au prix d’un effort que ce qui me reste de sagesse réprouvera violemment.

 

                                                         Le-col-du-Pointu.jpg

 

      Hubert, à une centaine de mètres se tenait à l’avant. Sans doute pour ne plus entendre mes jérémiades, mais également pour me garder à vue au cas où . C’est un briscard cet Hubert. Il me connaît. Il connaît le vélo, il en sent les choses.

 

                                             Dans la forêt de cédres

 

      Après une multitude d’espoirs déçus, le sommet, le vrai m'apparaît enfin. Une magnifique forêt de cèdres du Liban en coiffe son immense plateau. Surprenant, compte-tenu que nous sommes encore en plein jour, à sa lisière, des sangliers font entendre d’inquiétants grognements. Ce gibier, pourtant chassé à outrance continue de proliférer dans les collines de Vaucluse, causant d’importants dégâts aux cultures de maïs et de raisins en particulier.

      A présent, l’ombre des résineux et la fraîcheur qui s’en dégage, contribuent à me rabibocher. Je sais, pour en connaître le circuit du retour vers la voiture que ce dernier se fera sans avoir à forcer sur les pédales.

 

 

                                                              L'Arche Dans le Luberon

 

 

                                                 Dans le Luberon. Le sentier de la galère

 

                                                                            À pédibus pour aller voir l'arc!

 

 

       Par un crochet à l’intérieur de la sylve, Hubert m’entraîne sur un sentier pour y voir un arc, que les eaux glacières ont creusées dans la roche il y a……. d’années !

 

 

Un grand spectacle champêtre, aux senteurs de sauvagine, m’envahie à la fois par les yeux et le nez. Je suis heureux dans cette nature que l’homme, ici, n’a pas encore saccagé.

 

             Pour le plaisir de l'anecdote, je ne peux pas passer sous silence l'oeuvre originale qu'avec surprise l'on découvre au détour du dernier virage avant d'atteindre le plateau. Il s'agit d'une tour quadrangulaire commandée en 1885, par Philippe Audibert, sculpteur de son état et habitant de Bonnieux.

               Ce monsieur, pour le moins original,  éprouvant le besoin compulsif

d'avoir la mer à portée de sa vue, y fit construire cet édifice qui lui valu de passer pour un fou !

 

                                         c07bdbd398dd4ac563358e095fc5d2e0 L

 

 

      A noter pour celles et ceux qui voudraient faire l’ascension par Vidauque :

       _Délaissé par les services de l’équipement, abimé par le va-et-vient des troupeaux de moutons, qui eux sont là pour garantir l’entretenir de la montagne, le revêtement n’est plus carrossable pour un vélo monté sur des petits pneus. Dans ces conditions, la pente à près de 20% par endroits, nous amena parfois à devoir descendre de nos montures.

 

                                                      Je commençais à voir des  * Papillons  

 

 

                                                      Au resto à Saignon         

  

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

jackie 15/08/2012 09:48

Bonjour Marcel, Une fois de plus j'ai parcouru cette belle Provence, bien assise, vous savez la décrire avec tellement de précision et avec des mots chantants. Le Luberon fait parti d'elle, tous
les noms de ces beaux villages pleins de souvenirs, j'ai passé un moment merveilleux.
Vos efforts sont admirables, j'imagine aisément que votre plaisir dépasse la peine que cela représente.
Continuez à nous faire rêver tant que vous le pouvez, vos écrits sont attendus agrémentés de vos belles photos.
Bonne journée Amitiés jackie

Marcel Tauleigne 15/08/2012 11:56



Jackie,


     Ce jour là, malgré quelques courbatures laissées en souvenir, la randonnée fut belle et la compagnie d'Hubert me fut précieuse. A la
fois pour le plaisir du partage, mais également pour celui de la sécurité. En effet, si ces petites routes, dont certaines sont interdites aux voitures sont agréables aux cyclistes, elles vous
isolent d'un secours possible en cas de malaise ou d'accident.


    Le "voyage" que l'on fait à vélo ouvre d'autres regards sur les paysages. Quand il y a harmonie et équilibre entre l'effort fourni et
le renvoi que nous offre l'environnement. Quand l'on sait mettre en place l'état d'esprit pour accepter l'effort nécessaire à sa quête, le bonheur est forcément au bout du
chemin.


  Merci à ma fidèle lectrice. Le plaisir de me savoir lu s'ajoutant à celui que j'ai à écrire, pour vous et pour les nombreux autres qui parcourent les pages de
ce blog, je vais continuer à randonner pour......raconter......



Francis 13/08/2012 14:39

Tu nous parles de "parpaiouns", mais ce sont les étoiles du bonheur que cachent tes lunettes noires, celles qu'on attrape au vol de la belle balade en bonne compagnie à voir, à sentir, à entendre à
nouveau, à découvrir encore. Tes Luberons nous font bien envie à "Filpignon" et moi, et je connais une petite équipe de bourguignons qui peut-être bien en fera "ses Pâques" une de ces années...
mais, nous ne ferons que passer et n'avons pas les moyens de restaurer la région !
Amitiés et belles balades

Marcel Tauleigne 13/08/2012 21:41



Francis,


  L'interprétation que tu fais de mon problème hallucinatoire sur les parpaiouns me plait beaucoup. Il est vrai qu'il y a des bonheurs qu'il faut
savoir identifier. Qu'il est bon de pouvoir aller où il fait encore bon respirer, sentir et voir, en toute humilité, ce que la nature a à nous offrir. Vendredi 17 aout prochain, si le temps
le permet, je monte en Ardèche ''en pélerinage'' au pays de mon Père ( départ vélo de Jaujac ) Au menu il y a : La Croix de Millet, La Croix de Rocles, la montée à Loubaresse par
Valgorges, le Col de Meyrand et le final de la Croix de Bauzon par la route qui arrive de St Etienne Lugdarès, La souche...et Jaujac. Le kilomètrage n'est pas important, mais il y a de la
bosse.


    Pour ce qui est de ta Pascale avec ton équipe de Bourguignons et si tu ne tardes pas trop, pourquoi pas vous accompager sur une
journée?


 Au plaisir de te lire.


 Marcel 



Présentation

  • : Le blog de Marcel Tauleigne
  • : Il s'agit d'un blog dont l'objectif principal sera de présenter mes occupations de loisir. Mon travail d'écriture, ma peinture, ainsi que ma passion pour le sport,dont je m'apprète à commenter certains souvenirs.
  • Contact

Recherche