Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 15:13

La randonnée des moulins de la ou le ou encore de Véroncle 

 

 De Joucas à Murs................

 

                                                                    Rando des moulins de la Véroncle. Mai 2014. 105

 

Par le sentier du bas

                             

 Une vue du village de Murs.

 

Le village de Murs.

 

 Gordes.J.M Rosier.

 

Le village de Gordes. Photo de J.M  Rosier. 

 

               Au long de sa maigre route, une douzaine de kilomètres seulement, la ou le Véroncle traverse le village de Murs, passe à Gordes pour se jeter dans le Carlet, puis dans le Limergue, dans le Calavon, la Durance et enfin le Rhône pour aller, au bout de sa course, se perdre dans la Méditerranée !.

          Le sentier que nous avons emprunté permet de marcher à même son lit sur la presque totalité de son parcours. Il offre l'avantage de pouvoir y rencontrer les vestiges et les traces des dix moulins construits sur son court itinéraire. Il existe d’autres tracés, dont l’un chemine à mi-falaise pour remonter ensuite sur les hauteurs du plateau.

 

        Rando des moulins de la Véroncle. Mai 2014. 050                                                         

 Rando des moulins de la Véroncle. Mai 2014. 077

 

                                    La Véroncle, que par choix je vais choisir au féminin est aujourd’hui réduite à un goulet d’eau et encore que sur son tiers amont. Pour ce qui est du reste de son parcours, l’eau devient inexistence en surface. Je parle là des conditions climatiques hors orages.  

                                                                                                                                                                                                                                                                                               Rando des moulins de la Véroncle. Mai 2014. 039

                                                                          

 Rando des moulins de la Véroncle. Mai 2014. 086

                                                                                                                                                 Le lit de La Véroncle...où est passée l'eau!!

 

Mais où est donc passée la Véroncle ?

 

        Bien que surprenant au constat que l’on peut en faire aujourd’hui, la Véroncle fut dans un passé proche, compte tenu de l’horloge du temps un ruisseau rapide, autant dire un torrent et ce jusqu’en 1887. Suite à un premier tremblement de terre, ses eaux disparurent partiellement. Son quasi assèchement remonte à 1909. Un nouveau séisme, plus local celui là, détruisit entre autre dégât important, le village de Lambesc dans les bouches du Rhône, provoquant le décès de 46 personnes et 250 blessés. Les secousses fissurèrent la dalle calcaire du fond de son lit, provoquant ainsi la perte de ses eaux dans le sous sol. La conséquence qui s’en suivit condamna définitivement le fonctionnement des moulins et l’irrigation des cultures, qui permettaient à une petite colonie de paysans de vivre en ces lieux malgré la pauvreté des sols et l’étroitesse de la vallée. Plus tard, sur les hauteurs de Saint Saturnin d’Apt en particulier, des moulins à vent sont venus palier à ce manque.  

 

 Moulin à vent. St Saturnin d'Apt.

      Le dernier, sur 4, des moulins à vent de St Saturnin d'Apt.Photo du Net.

 

Un peu d’histoire : 

 

        Entre 1546 et 1584, Aymard d’Astouaud, alors Seigneur des terres de Murs, fit édifier au débouché de la combe de la Véroncle un barrage destiné à fermer le ruisseau. Cet ouvrage désigné sous le nom de Barrage des Etangs laisse des traces encore visibles aujourd’hui. Sa réserve formait à la fois un petit lac de pêche et servait à stocker de l’eau servant à alimenter en énergie les dix moulins lors des périodes négatives en pluviométrie.                                                  Quatre de ces moulins sont situés sur le territoire de Murs et ont été bâtis dans la seconde moitié du XIX siècle. Le dernier s’arrêta de fonctionner en 1910 pour les raisons que l’on connaît.

       Il n’en reste aujourd’hui que des ruines, à l’exception de celui des Etangs pour ce qui est de l’amont et du moulin des Grailles 1 pour l’un de ces derniers en aval. Ces deux vestiges du passé, proches aujourd’hui d’une voie de circulation ont été réhabilités en des habitations.

 

 

 

 Moulin des Grailles I

 

Moulin des Grailles 1.

 

 Le moulin de L'Etang

Le moulin de l'Etang.

 

Le nom des moulins du plus haut au plus bas : 

 

Le moulin des Etangs ( Murs )

 Le moulin du Dévissé ( Murs )

Le moulin de la Charlesse Murs )

Le moulin du Puits de Cata (Murs )

 Le moulin Jean de Marre II ( Gordes )

 Le moulin Cabrier ( Gordes )

Le moulin des Grailles I ( Gordes

Le moulin des Grailles II ( Gordes )

 Le moulin des Cortasses  (Gordes )

 

       Les deux moulins situés en Amont, celui des Etangs et celui du Dévissé ont été respectivement construits en 1581 et 1573. De nombreuses meules y sont encore visibles, notamment dans celui du Dévissé. D’autre meules ont également traversé les âges. Dans le moulin de Cabrier l’une d’entre elles est là en place sans doute depuis sa construction.

           

 

               Dans le moulin de Cabrier.

 

 Meules du moulin Cabrier.

 

                Moulin de Cabrier.

 

     Il faut dire que les récupérateurs en tout genre auraient du mal à les sortir de leur logement et surtout à pouvoir les transporter pour en faire commerce.                                                                                                                                                                                                                                                  

      La question reste posée quant à savoir comment elles ont été acheminées dans ces édifices, dont la plupart sont coincés entre des falaises ne laissant la place qu’à un sentier seulement praticable par les hommes et quelque âne ou mulet. Nous n’y avons pas vu de trace de carrière qui laisse à voir des extractions sur place ou à proximité des lieux, et qui par le fait auraient pu être roulées jusqu’à la construction pour laquelle elles avaient été choisies. Des sites de ce type de prélèvements se rencontrent dans les Monts de Vaucluse, dans les environs de Saumane ou dans les Dentelles de Montmirail par exemple.   

                

 Dans les Dentelles de Montmirail. Une meule laissée sur place!!!

 

Meule laissée sur place aux alentours des Dentelles de montmirail.

 

         Contrairement aux moulins de Gordes qui appartenaient chacun à des particuliers, ceux de Murs étaient la propriété du Seigneur des lieux.

       Les moulins de la Véroncle avaient en commun de fonctionner selon le système de ‘’l’éclusée’’. Leur arbre de transmission était vertical.

        La plupart servaient à moudre des céréales qui étaient cultivées sur le plateau.                                

                                                                                                                                                                         Entrée de la conduite de force du moulin de la Charlesse.

Moulin de la Charlesse:  Modéle d'une entrée d'eau plongeante.

 

Canal ( béal ) d'arrivée d'eau creusé dans la roche.

 

Un canal ( béal ) taillé dans la roche amenait l'eau vers une entrée plongeante.

                                                         

____________________________

 

Je reviens à notre randonnée :

 

                   Je ne vais pas recommencer la genèse de la section des Galéjaïres de Barbentane, groupe avec lequel Josyane et moi randonnons depuis des années maintenant.

     Paulette et René en restent les chevilles ouvrières. Marielle leur fille vient de prendre le relais pour de nouveaux projets, un nouvel élan, de nouvelles aventures dont la prochaine va nous conduire fin juin à Font-Romeu. Le groupe des Galéjaïres est une section de l’association Bellinto. Bellinto qui n’est autre que l’ancien patronyme de Barbentane, village du siège de l'association.

 

               Paulette et René

Devinez:  Qui sont -ils?

 

        Pour ce qui me concerne, notre adhésion aux Galéjaïres m’a permis de retrouver d’anciennes connaissances. Lors de nos randonnées, et quant la difficulté ne nous essouffle pas trop, le train de l’histoire nous conduit naturellement à parler de l’ancien temps. De celui où chacun y a des anecdotes à raconter.

          La mémoire, cet outil à raviver les souvenirs, me ramène parfois aux calendriers des années fin 1950 où, avec mon Ami Marcel, * nous tentions de rallier à notre cause les bons sentiments de la Barbentanaise repérée comme pouvant nous consentir une attention privilégiée.

      Frontaliers d’une commune voisine, c’est dans cette dernière que Marcel et moi y fûmes scolarisés. Cette particularité, bien que Barbentanais.....d'adoption pour ce qui me concerne, nous valu d’être vécus un peu comme des impurs aux yeux des autochtones, des natifs comme ils s'en prévalaient.

      Effectivement, nous n’y avions pas fait nos armes sous les mêmes préaux d’écoles et dans les mêmes cours de récréation. Pas partagés les jeux qui amènent à une appartenance, à une  appartenance à un groupe. Cette situation vécue comme marginale au regard de la tradition, ne nous favorisait pas pour une entrée en relation galante dont les garçons du village entendaient en gérer l’usage.

    Une rivalité ancestrale entre les deux villages réveillait de temps en temps les sentiments belliqueux d’une jeunesse que des flux de testostérone mal contrôlés rendaient jaloux. Nous devions nous faire discrets dans nos approches et rester sur nos gardes quand un rapprochement considéré comme étant coupable et intrusif venait à naître. Le risque de nous faire secouer par quelques hurluberlus autoproclamés défenseurs de leur territoire n’était pas qu’une hypothèse. Ils étaient querelleurs tels de jeunes coqs investis dans une mission consistant à faire obstacle aux étrangers que nous étions à leurs yeux.

      Quand un signal engageant prenait tournure, même en y écartant l’idée coupable de prendre le chemin du péché.......mentionné dans les Saintes Ecritures au neuvième paragraphe des commandements de Dieu *, une distribution de ‘’châtaignes’’ pouvait pleuvoir en représailles. Oser braver l’interdit, la censure des jeunes mâles locaux, nous a parfois valu une volée de bois vert !

       Un sourire adressé et auquel le regard d’en face ne se détournait pas du votre, faisait office d’une marque d’espérance. Le premier pas, l’indice qui nous encourageaient à tenter la suprême audace d’une négociation par l’intermédiaire d’une copine, prenait alors le pas sur toute autre crainte. Audace qui consistait, pour la séance de projection à venir, à vouloir obtenir un fauteuil jouxtant celui de celle, dont quelques signes pouvaient laisser croire à un consentement de voisinage bienveillant. La réponse passait généralement par la même copine qui se faisait discrètement la porte-parole des potentiels tourtereaux. Cela se passait le plus souvent devant le cinéma du village où se regroupait la jeunesse du coin bien avant l’ouverture de la salle!

       A l’époque, le travail d’abord demandait du temps au temps pour obtenir le premier baiser consenti. Car pour ce qui étaient de ceux volés sous de faux prétextes, ils se payaient par un retour de main en monnaies ‘’claquantes’’.

 

Je vous parle là d’un temps que les moins de……., mais revenons à la rando.

 

                   La randonnée  était conduite par Marielle et le tout nouveau Thierry. En voila deux qui n’ont pas la jambe qui tremble. Il faut dire que la plupart d’entre nous n’avons plus l’allure des perdreaux de l’année et les ailes pour pouvoir emboiter leurs pas. Ils faut les voir faire les beaux avec leur foulée de jeunes premiers et tout ça pour ne pas arriver avant nous. Pour cause, leurs charges de responsables font qu'ils sont tenus de nous attendre.... Je souligne qu'ils le font gentiment. 

 

 Albin, c'est pas facile de suivre Thierry !!

 

Albin,.... pas facile de suivre Thierry.....!

 

                 Le départ choisi par nos guides s’est fait de Joucas. Magnifique village provençal situé sur la route de Saint Saturnin d’Apt à quelques kilomètres au Nord-est de Gordes.

                                                                                                                                                                                                Le village de Joucas.

 

 Le village de Joucas. Photo de Thierry Riols.

 

 

 Joucas. Entrée d'une proprièté.

À Joucas

 

        Surprise. Les parkings sont pleins. Un vide grenier géant avait, malgré l’heure encore matinale, attiré un nombre impressionnant de vendeurs et de clients potentiels au point de nous voir refouler sur les bourrelets d’une vigne sise à l’entrée du village pour y garer nos véhicules. Peu importe nous étions là pour marcher. Alors les quelques centaines de mètres de plus au programme nous ont servi de séance d’échauffement avant la grimpée des calades qui conduisent au départ effectif de la randonnée. 

        Pas question de prendre le temps de chiner. Thierry, placé en tête de file se positionne en garant d’une cadence qui en exclue toute tentation. Comme pour en enfoncer le clou du regret, il m’est fait remarquer qu’un sujet rentant dans le cadre de l’une de mes collections figure en bonne place sur un étalage d’objets disposés pêle-mêle. Bien que tenté de vouloir en négocier le prix, je ne me voyais pas porter la statuette en question toute la journée dans mon sac à dos.

          L'entrée effective dans les gorges se fait à partir du moulin des Grailles. Un sentier qui se faufile à travers une végétation dense nous amène rapidement dans le lit de La Véroncle.

                  Le paysage et l'ambiance  y sont particuliers. Le fait de savoir que voila moins d'un siècle les ruines que l'on y croise grouillaient d'activités intenses une bonne partie de l'année, donne un relief affectif aux lieux. Nous pouvons nous imaginer traverser l'histoire. Celle des paysans, des meuniers, mais d'abord celle des artisans qui ont construit cette dizaine de moulins au fin fond de ces gorges encaissées. 

                                                                                                                                                   Rando des moulins de la Véroncle. Mai 2014. 065

 

Rando des moulins de la Véroncle. Mai 2014. 040

 

            Elle montre le travail des hommes, qui sans liaison routière, ont acheminé des tonnes de matériaux pour la construction de toutes ces bâtisses édifiées en pierres de taille. Les vestiges de ces ouvrages présentent toutes les qualités et les soins apportés à une esthétique digne des plus belles maisons. Les linteaux, l’encadrement des ouvertures sont ciselés en ouvrages divers, alors qu’il ne s’agissait que de lieux de travail saisonnier, à l’exception du moulin de Jean de Marre qui était habité et auquel jouxtait une petite exploitation agricole.

 

                                    Rando des moulins de la Véroncle. Moulin Jean de Marre

 

 Rando des moulins de la Véroncle. Mai 2014. 046 

                                                                                                                                                    Le moulin Jean de Marre.

 

Ruines du moulin Jean de Marre.

 

 Entée du canal approvisionnant un moulin.

                                                                                                 

 Rando des moulins de la Véroncle. J.De Marre.

 

 Une niche taillée à même le rocher devait abriter la statuette d'une Sainte ou d'un Saint.

                                                                                                                                                   Rando des moulins de la Véroncle. Mai 2014. 029-copie-1

 

       Quant aux meules, dont le poids pour chacune doit dépasser largement la centaine de kilos, je n’ai pas trouvé de réponse sur les conditions de leur transport. Même si à cette époque il y avait les ânes et surtout les mulets plus costauds et capables d’évoluer sur des sentes étroites, il est impensable de les imaginer porter de telles charges. La fonction des animaux ciblait plus précisément l’acheminement des céréales vers les moulins. Il s’agissait d’orge, de seigle de froment et d’épeautre cultivés sur les grandes surfaces du plateau qui dominent de part et d’autre les gorges. Plus largement, ces installations meunières broyaient également les récoltes des villages de Gordes de Joucas, de Murs et sans doute de bien d’autres encore. Ils en sortaient toute sorte de farine allant du grumeau à la plus fine pour la pâtisserie.

      Sans parler d’un circuit purement sportif au sens athlétique du terme et bien que sécurisé, progresser dans les gorges met le randonneur face à quelques difficultés. Echelle, corde, câble et passages raides ont mis à l’épreuve les néophytes de l’escalade.

 

Rando des moulins de la Véroncle. Mai 2014.

 

passage 7716                                                            

 Mis en sécurité de l'un des passages dans l'un des goule

 

Passage sportif.

 

     Parallèlement à notre groupe encadré par Marielle et Thierry, Paulette partait conduire les Galéjaïres sur le sentier du haut avec promesse faite de se retrouver pour un pique-nique, qui effectivement fut pris en commun et dans l'esprit habituel du partage. Chez les Galéjaïres, les Dames sont nos desserts, je veux dire offrent les ''gourmanderies '' et les hommes proposent diverses boissons aux aromes locaux. Par la suite, de nouvelles retrouvailles s’opérèrent sous l’un des grands chênes de Murs pour un retour vers Joucas ''touti ensén, ou touti dé coumpagnioù'' ( Tous ensemble ou avec toute la compagnie, tout le groupe ) 

 

 Michel face à un problème !!!.

 

Michel se mesurant avec l'un des grands chênes de Murs.

 

     De retour, à peine le pied posé dans les calades du bourg, libéré des impératifs disciplinaires de Thierry, me voila parti au milieu des objets restant encore étalés dans ses ruelles et autres placettes dans l’espoir d’y voir parmi les invendus, la statuette dont j’en guignais l’acquisition le matin même. Nib et peine perdue….elle avait trouvé acquéreur.

       Depuis je m’en suis consolé. Je sais avoir l’opportunité de pouvoir croiser à nouveau l’une des nombreuses répliques de ladite figurine dans les farfouilles qui fleurissent entre kermesses et autres animations estivales de la région.

 

       Dans une rue de Murs.

 

Rencontre. Dans l'une des rues de Murs

 

          Comme pour Henry IV, où Paris lui fut offert en échange d’une messe *, une rando dans les gorges de la Véroncle gagnait largement que j’accepte le risque de me voir doubler par un collectionneur concurrent. La comparaison valant pour le manant que je suis !. 

 

 Un puit dans la campagne de Murs.

Un puits campagnard.

 

                             Cette randonnée des moulins de la Véroncle présente un bel intérêt au plan culturel, architectural et technique quant à leur mode de fonctionnement.  

         Elle permet également, au deux tiers de son parcours, en dessous du barrage de l'Etang, de longer sur quelques métres le Mur de la Peste* 

 

                                                                                                                                                   Rando des moulins de la Véroncle. Mai 2014. 070

 

Dans les Gorges. Passage sécurisé.

 

           Pour ce qui est de son aspect physique, une série de coups de cul et de passages ''craignos'' en ont fait tousser plus d'un !

                                                                                                                                                   La passage du cable. 

 

 _________________________________

 

Notes

 

             *. IL A ETE : Article du blog publié dans la rubrique des Nouvelles.

             *. Neuvième commandemant de Dieu : Oeuvre de chair tu ne feras qu'en mariage seulement.

             *. Propos qu'aurait tenu Henry IV quand il lui fut imposé de se convertir au catholicisme pour accéder au trône de France.

             *. LE MUR DE LA PESTE, avec ''Les Esclops'' Article du même blog publié dans les randonnées pédestres.

 

Bibliographie :

 

Georges Truc. L'eau en Vaucluse. Ed du conseil général de Vaucluse. Avignon 1991.

           _  Diverses informations prises sur le Net.

           _ Les photos sont personnelles, à l'exception de celles citées de leurs propriétaires.

                   

                                                                                                      

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

jackie 23/05/2014 00:55

Bonsoir Marcel,
C'est avec plaisir que je viens de lire votre article. Le Vaucluse détient des trésors que je ne soupçonnais pas, bien agréables à connaitre. Vous avez le don de les décrire , les photos sont
magnifiques, vos commentaires très instructifs.
Merci pour ce bon moment, bon week-end. Amitiés Jackie

Présentation

  • : Le blog de Marcel Tauleigne
  • : Il s'agit d'un blog dont l'objectif principal sera de présenter mes occupations de loisir. Mon travail d'écriture, ma peinture, ainsi que ma passion pour le sport,dont je m'apprète à commenter certains souvenirs.
  • Contact

Recherche