Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 21:22

                           À ma randonneuse

 

                                                    Article en cours de réinstallation

 

                         Depuis Thonon-Trieste en 1985, après quelques randonnées cyclo-montagnardes effectuées dans les Pyrénées et dans les Alpes en fin de cette même décennie, ma randonneuse 650 était au clou. 

 

 

                                Dans le Giau.( Thonon-Trieste 1985.)

  

                                            1985: Dans le Giau en Italie

           

 

                              Pendue au râtelier par sa roue avant, elle vivait dans un silence pieux la frustration d’une ingratitude dont je viens de prendre conscience. Si je lui avais gardé sa place auprès de ses voisins vélos, je marque là la différence entre mes montures dites de course et ma randonneuse, depuis quelques années je lui préférais ces rivaux plus racés.

        Dans notre région, l’évolution du cyclisme a rangé aux musées le matériel du cyclotouriste et mis au rancard l’esprit qu'il véhicule. Le "Tout Carbone" a remplacé le tube Reynolds. Le poids du  vélo est devenu le sujet majeur quand arrive un nouveau dans le groupe.  Question à laquelle succède celle de la moyenne horaire qu'il est capable de tenir. Les parcours se font à une allure qui ne laisse plus de place aux arrêts photos. Les pelotons s’effilochent au fil des kilomètres. S'étirant jusqu'à la cassure, sans état d'Âme particulier pour les hommes de tête, le groupe perd ainsi une partie de ses éléments en cours de route victimes du jeu de l'écrémage. Il en résulte des "laissés" pour compte. Les "pas en forme du jour"  et les "ceusss" qui se sont trompés de groupe ont intérêt à connaître le chemin du retour!!!!.

      Adhérent, faute de mieux à cette mode pour ne pas avoir à rouler seul, c’est ainsi qu'au fil des années j’en ai perdu mon âme de randonneur. J’ai mis à la retraite ma Valèro sans avoir eu le courage de lui en expliquer la raison. Je m’en suis allé ensuite vers une pratique pour laquelle je n’ai à la fois plus d’attrait, mais également plus les moyens physiques pour en assurer la continuité.

       Depuis, ma randonneuse, impassible, courageuse, attendait de ma part un retour vers de meilleurs sentiments. Elle attendait une relation rétablie où comme par le passé elle était le sujet incontournable de tous mes projets de départ.

 

                            numérisation0005-copie-2

 

                                            Dans Thonon-Trieste en 1985

 

      Saura t’elle me pardonner mon éloignement? La rancune, je l'espère serait donc un défaut propre aux seuls hommes. Cependant l'idée qu'elle puisse vouloir se venger me turlupine au point de penser à une panne qu'elle pourrait vouloir s'infliger afin de me laisser en carafe en pleine nature ? Je ne veux pas y croire. Elle saura être indulgente. Trop de souvenirs et de complicité nous unissent pour imaginer un tel comportement de sa part. Je saurai trouver les mots pour lui expliquer cette mise à l’écart. Pour cela je sais devoir mettre en œuvre mon côté brodeur qui va, au contraire d’un vécu de délaissement, la convaincre de ma délicatesse pour avoir su la protéger des lazzis de cette nouvelle génération de vélos que j’ai côtoyés l’espace de mon égarement. Je saurai lui rappeler combien ils sont orgueilleux et peuvent être moqueurs, alors qu'aucun d’entre eux ne possède de palmarès à la hauteur de son pédalier.

  

 

 

                                 La Pas de Morgins

 

                                      Passage à la frontière Franco-Suisse.

 

        Je le revendique comme excuse, il ne s’agissait pas d’un oubli de ma part, mais de la conséquence d’un choix pris par défaut et qui m’a conduit à aborder le cyclisme sous ses couleurs modernes, dont l’âge et la raison m’amènent aujourd’hui à en reconsidérer les valeurs.

                                                   __________________________________

 

                                                   Ma randonneuse.

 

 

                                            Mon-650-Valero--1985--.jpg

 

 

                               Des dizaines et des dizaines de milliers de kilomètres parcourus sur le territoire national, mais également sur nombre de pays étrangers.   

                      

        L’Italie, l’Angleterre, la Suisse, quelques bouts d’Autriche ont fait de nous, dans les temps passés, un couple assemblant à la fois audace et énergie au service d’une volonté que nous faisions commune.

         Je disais de ma Valèro qu’elle était ma Rolls. Construite sur mesure, elle offrait pour l’époque, mais encore aujourd’hui, un confort sans nul autre pareil pour ce qui est de celui espéré trouver sur un vélo. Equipée d’une armada de sacoches, elle m’assurait une autonomie dans le cadre de mes déplacements de ’’cyclo-campeur’’. Munie d’un éclairage conforme à son utilisation de nuit, les cols gravis au clair de lune m’ont amené à faire des rencontres singulières. Biches, sangliers, lièvres et autres blaireaux se trouvaient parfois surpris par le silence avec laquelle pouvait progresser ma noble monture. Les paysages qui se pénètrent alors dans un esprit distinctif de ceux rencontrés dans un cadre classique sont sans réplique pour qui n’a pas voyagé sur un vélo dans les conditions que propose le climat particulier de la vie nocturne en montagne.

 

 

                           Rando Flassan avec Hubert.

 

 

          2012: Redécouverte de la piste avec ma Valèro soulagée de quelques sacoches!      

              

 

       Depuis, grâce à ma Valèro retrouvée, équipée pour la circonstance de pneus de 32 de section, j’ai renoué avec les chevauchées où peuvent s’alterner routes et chemins. Sans toutefois être un fanatique du roulage sur piste, cette pratique m’amène à redécouvrir l’ambiance cyclo et des sites sous des angles neufs auxquels il est possible d’accéder sans crainte de se faire bousculer par les voitures. Cependant, et pour cela, j’ai du répéter quelques gammes d’acrobaties pour glisser ma randonneuse entre cailloux et ornières.

 

                          Rando Flassan avec Hubert

 

      C’est ainsi que j’ai pu, dans un premier temps répondre à l’invitation d’Hubert pour une rando’ au départ de Ville sur Auzon via Flassan et la Gabelle. Ce fut pour moi une première que de pouvoir ainsi rejoindre, par un sentier, le sommet des gorges de la Nesque après avoir traversé le bas du hameau des Abeilles.            Sault par les gorges de Méthamis ont permis de boucler le circuit et recoller à mes souvenirs de cyclo…TOURISTE. 

                                                                    

                               _____________________________

 

      Enfin, et pour tirer un trait sur mes " confessions de cyclo repenti" je n'ose pas imaginer à quoi pense sa condisciple. Sœur de conception, mais pas jumelle, car montée en 700, la voila revenue depuis peu au bercail.

      Une opportunité vient en effet de me permettre sa récupération après l’avoir……..vendue il y a quelques années !

       Heureusement pour moi, l’occasion et le remord ont permis au pécheur honteux que j’étais devenu, de réparer mon erreur et ma faute.

        Oui, l’on a beau être homme et se prendre d’affection pour ces choses que le non pratiquant pense être sans âme !

 

                           ------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marcel Tauleigne - dans Commentaires Divers
commenter cet article

commentaires

Francis 03/10/2012 14:34

Certains entretenaient des "danseuses" au 19ème siècle. Toi, ta "randonneuse", elle t'aura coûté moins cher, elle aura su t'attendre patiemment, sans prendre une ride, et sans rancune aucune s'il
vous plait ! Je vais et reviens du travail en ces beaux jours de fin d'été sur mon biclou de cyclocamping, baptisé "Filpignon". 2 fois 15 km à refaire un peu en songe la route des montagnes de cet
été, et à rêver de celle des prochaines virées.
Salue ta randonneuse de notre part, mais que Josyane ne soit pas jalouse pour autant de son retour en grâce! Belles balades à vous tous.

Marcel Tauleigne 04/10/2012 14:04



User de la "Danseuse" présentant des risques à bien d'égards et l'histoire nous ayant rapporté ce qu'il en coûta à un certain Félix dans les années 1890, je m'en suis toujours tenu de
n'en faire qu'avec ma Valèro. J'y ai laissé nombre de fonds de cuiss....ards, mais pour le reste l'honneur est sauf !!!!!!!


 Avec l'entrainement que tu lui imposes, la saison prochaine sera celle de ton Biclou.


Bonne route



fred 03/10/2012 08:42

Bonjour.

J'ai beaucoup apprécié votre confession à votre randonneuse, préférant et de loin cette vision du vélo à la course à l'armement de 'l'autre catégorie'.
Merci pour ce partage.
Fred

Marcel Tauleigne 03/10/2012 09:57



BONJOUR FRED,


Comme la plupart des amateurs de vélo, et  qui jeunes en ont adopté la pratique, je me suis essayé en des temps anciens à la compétition. Puis  plus tard aux rallyes
,qui chez nous, sont devenus des courses déguisées. 


C'est dans le cadre et l'esprit "cyclotouristique" que j'ai ramené mes meilleurs souvenirs. Même si , comme je le raconte dans certains articles que vous pouvez trouver dans la
rubrique" randonnées cyclos", j'ai aimé  " la bagarre"   qui parfois, entre amis, venait animer l'ascenssion d'un col. Le ou les premiers arrivés prenaient le rôle du
photographe. En fonction de la forme du jour, les casquettes changeaient de tête sans que cela pose de problème d'égo.


Merci pour votre appréciation et au prochain article..peut être


Marcel



jackie 03/10/2012 01:00

Bonsoir Marcel,
J'ai lu avec plaisir la confession que vous adressez à votre valero et je comprends le plaisir que vous éprouvez de la retrouver.Mise au rencards après de nombreux services, le plaisir qu'elle vous
avait apporté, ce que vous aviez vécu ensemble, tout cela ne peut s'oublier. Au fond de vous elle vous manquait. Bichonnez là bien qu'elle finisse heureuse auprés de ses amies.
Bonne soirée Amitiés Jackie

Marcel Tauleigne 03/10/2012 14:41



BONJOUR JACKIE,


L'avoir descendue de son crochet, lui avoir fait une toilette soignée me l'ont rendue comme au bon vieux temps où je ne partais pas sans elle.  Elle fut ma complice à l'occasion des
parties de manivelles qui m'opposaient à mes camarades quand la forme du jour me laissait croire que je pouvais les "larguer" dans le Ventoux ou ailleurs en montagne.


  Elle porte en elle une partie de la mémoire de mes souvenirs au long cours.


 


Je vous embrasse.



Présentation

  • : Le blog de Marcel Tauleigne
  • Le blog de Marcel Tauleigne
  • : Il s'agit d'un blog dont l'objectif principal sera de présenter mes occupations de loisir. Mon travail d'écriture, ma peinture, ainsi que ma passion pour le sport,dont je m'apprète à commenter certains souvenirs.
  • Contact

Recherche