Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 20:58

                                                      De Rognonas à Rémuzat  

                          

                        Quand la confusion des genres vous entraîne à une cohabitation insolite !

                                              ( Je parle là de cohabitation entre vélos! )

 

 

         Résumé des trois jours cyclistes organisés par : Michel Durand, Rémy Lagnel et Jacques Vachet. (Noms cités par lettres alphabétiques)

                      Coordinateur dans le cadre du déroulement du séjour: Patrick Chetcuti

                                                    Article en cours de remise en page.

 

                                                          Rognonas:  La photo du départ

 

                                             La photo du départ

                           Désigné volontaire par Michel pour retracer quelques faits de la sortie annuelle du groupe cycliste de Rognonas,( B. du. Rhône ) je vais reprendre pour la circonstance quelques termes déjà employés lors d’un récit à paraître prochainement sur mon blog. Je vais, à certains passages, laisser à ma randonneuse le soin de vous raconter la bévue d’un cyclopathe.

 

       Rognonas Jeudi 17 Mai 8 heures. Départ du groupe ‘’dit des moins rapides’’

                         Devinez qui est l'intrus? Ne cherchez pas d'autres vélos cyclos!

 

                                        Devinez qui est l'intru!!

             __Mon acolyte, mon associé, mon partenaire a pris, pour des raisons qu’il a tenté de m’expliquer, la décision farfelue de m’utiliser comme monture pour ce 12raid, devant rallier notre cité des Bouches du Rhône à Rémuzat dans la Drôme.

            __Sans pour autant en faire un complexe, le confort que j’offre à mon cavalier explique les 14 kilos qu'il va devoir se trimbaler sous la selle. Cela étant, la peine au c..adre, j’ai rapidement compris que je ne pourrai pas, dès que la pente s’élèvera, le faire jouer dans la cour des grands !

      __   Guidon plat, sacoches latérales gavées jusqu’à la gueule et garde-boue par précaution, marquaient une différence que je savais fatale au regard des coursiers qui m’entouraient sur la place publique du village. Ceci dit, je n’ai point fait l’objet de réflexion désagréable, mais nombre d’interrogations sont venus interpeller, sourires en coin, celui qui voulait encore croire à une sortie de cyclotouristes !

 

                                          1er ravito à Entraigues

Entraigues. Pas facile le "ravito" au milieu de la fête!!!

 

      Sans encombre, la première heure et demie de route nous a conduit à la pause café imaginée à l’entrée de Bédarrides. L’imprévue fut la fête et ses contraintes de circulation qui faillirent nous laisser repartir le ventre vide et le gosier sec, l’intendance qui assurait le ravitaillement s’étant vu barrer la route du rendez-vous. Rusés comme le sont les anciens, Justin et la caravane de suiveurs trouvèrent la faille au système pour faire en sorte que la troupe se restaure et s’abreuve comme le voulait le programme de marche de l’étape. 

  

                                              Rémy, le Capitaine de route

                                                                   Capitaine Rémy

 

      __Un petit vent, pas franchement de face, mais suffisamment gênant pour que j’y cherche un abri salutaire nous accompagne tout au long de la remontée du Plan de Dieu. Michel et Rémy, capitaines de route retenus pour réguler l’allure à 23 de moyenne veillent à ce que personne ne perdent pieds ou pédales.

      Il faut que j’apporte là une précision qui a son importance. En effet, depuis le départ de Bedarrides et comme convenu, la réunion des deux groupes s’est effectuée sur le rappel des organisateurs . Rapidement et sans pouvoir en maîtriser les conséquences, des fourmis taquinèrent les jambes des ‘’meilleurs’’ chez lesquels, dans le non dit, l’impatience les amena à mettre du braquet…..

       Derrière, c’est un peu dans la pagaille que nos capitaines reconstituent un groupe homogène des ’’dits moins rapides’’. A la fois pour ne pas priver les bons rouleurs qui naturellement se détachèrent petit à petit vers l’avant, mais surtout pour faire en sorte qu’aucun des membres du groupe ne se retrouve seul à l’arrière.

      Le train est en route avec pour point de passage Rasteau, à la droite duquel le Mont-Ventoux nous salue de toute sa hauteur. Dans l’attente du regroupement général et à l’occasion que lui donnait un grand rond-point, Roger se donne l’occasion de faire ‘’des tours de manège gratuits '' à l'allure d'un pistard. Viennent ensuite les villages de Villedieu....Mirabel aux Baronnies.

                                        Le rire avant la galère

                                         Le sourire au photographe...avant la galère! 

 

      __A la sortie du village, rapidement une petite montée laisse place à des coups de culs menaçants de désarçonner mon cavalier de la selle. Ses gestes pour changer le rapport de mes dérailleurs se font brutaux au point de me faire grincer des dents. Le souffle lui devient court sans toutefois le priver de propos râleurs en direction de tous, de tout. Plus précisément en sa direction et au constat de son impuissance à pouvoir suivre ses camarades de tête.

     __Même si mon poids le fait souffrir, je l’entends murmurer de la gratitude à l’endroit de la ‘’moulinette’’ dont je suis équipée. Mon tri-plateaux de v.t.t, dont certains se demandaient à quoi il pouvait servir, à part vouloir grimper aux arbres, lui permet d’avaler des pourcentages allant au dela des 14% , alors que certains coursiers, faute de braquets ont fait poser pieds à leur monture.

 

                                                Pierre-m-a-largue-.jpg

                                                     Pierre vient de me "larguer"!

 

       __Le groupe s’effiloche. Je sens à présent son coup de pédale animé par quelque chose de l’ordre de l’orgueil, doublé d’une expérience dont au fil du temps il a en amassé les acquis. Le voila en position de remonter quelques uns de ses condisciples. Tantôt debout, les mains serrant le guidon, les ongles m’entaillant mes poignets de mousse, hargneusement, il avance.

       __Il refuse de se laisser terrasser par ce bout de montagne. Il maîtrise à présent la douleur aux cuisses que lui inflige des flux d’acide lactique. Il utilise toute l’énergie de son corps. Son allure, toute réduite soit elle, est en concordance avec ses moyens physiques. Il double, certes au pas, mais sur le vélo ‘’dès en panne de jambes’’, dès moins expérimentés, dès coursiers au dentier défaillant d’une couronne de secours.

      Des ‘’j’en ai marre ’’, mi-chantés, mi rageurs annoncent la proximité d’Anthony qui courageusement remonte sur son vélo. Voulant tromper sa fatigue, oubliant sa galère, le voila reparti, déclamant à haute voix un texte de sa composition. Enfin, vélos et bonhommes, tous ayant réinvesti leur monture, franchissent le col de la Croix Rouge.

 

                                                   DSC03426.JPG 

                                                       Anthony.......C'est reparti

 

      Sans vouloir faire d’analogie au risque de blasphème, les Pierre, les Paul et les Autres, avons, au regard de notre difficulté à toucher le terme de cette demi-étape, vécu le sentiment d’avoir eu dans cette côte à tirer…..un symbole expiatoire !.

       Au terme de l’effort, qu'il fut bon de voir sur cette petite esplanade de Châteauneuf de Bourdette les voitures portant le ravitaillement et toute la logistique. Qu’il fut agréable de s’entendre complimentés par nos accompagnateurs. Par ces dames, ces hommes et leurs enfants, qui au-delà du dévouement qu'il nous affiche, sont à tous égards de précieux soutiens. 

 

                                                  Col de la Croix Rouge

 

                                          Le col de La Croix Rouge. Roger en tête.

                                     Au col de La Croix Rouge...Roger a placé une mine.....

 

       Après le repas, il restait du chemin à faire pour rallier Rémuzat. Cependant nous étions rassurés, la route sera facile nous a-t-on dit, le détour par le col du Soubeyran étant réservé aux costauds.

      Une descente nous conduit dans la vallée de l’Aygues ou Eygues. Un long, mais léger faux plat mené à un train de sénateur grâce à nos métronomes de capitaines, nous dépose enfin au terme de cette première étape qui restera marquée de sa Croix. Mais au fait, pourquoi rouge ?   

 

                          Une partie du groupe au départ de Chateauneuf de Bourdette

 

                                          DSC03443.JPG

 

                                                                      ___________

                                            

                                                                         Rémuzat

 

 

                            J’ouvre là une parenthèse,car il ne peut pas se parler de Rémuzat et de ses alentours sans évoquer le retour des vautours fauves qui, réintroduits en 1996, peuplent grandement le Rocher du Caire qui surplombe le village. Il s’agit d’un animal dont l’envergure peut approcher les deux mètres soixante et dix pour un poids de sept à onze kilos. Il nous fut possible de les voir tournoyer par dizaines, cherchant les courants ascendants afin d'atteindre une altitude suffisammant importante pour pouvoir repérer leur nourriture.

 

                                          Vautour fauve

 

                                           Le vautour fauve

 

       L’oiseau vit en colonie. Celle qui occupe le secteur compterait plus de cent individus qui vivent protégés et pour grande partie, nourris par des animaux provenant de l’équarrissage. Pratiquement exterminé pour les fables dont il était chargé, le vautour fauve est inoffensif pour l’homme et pour le monde vivant. Sa particularité étant de ne se nourrir que de bêtes passées à  trépas.

                                                        ___________________________

                                

                                             Les Lavandes et le rocher du Sire

 

       Les Lavandes et le Rocher du Sire :Tel est le nom du lieu qui nous accueille au sein du village de Rémuzat. Toutes et tous vous diront que le choix porté par les organisateurs sur cette structure ne souffre d’aucune réserve, tant au plan de l’hébergement qu'à celui de la restauration. Les repas sous forme de buffet offrent à volonté des entrées diverses et variées et un ou deux plats chauds finement cuisinés. Les vins sont de qualité. Quant aux petits déjeuners, ils proposent un festin tellement ils sont fournis en croissants, en confitures, en beurre, en fromages et charcuteries. Chocolat, lait, café, jus de fruit sont à disposition pour faire glisser !!!!       

 

      Vendredi matin:Après avoir goûté au repos du juste, après avoir entendu Patrick nous dire que pour lui la pluie ne serait pas une raison pour faire abstinence de vélo, il est laissé à chacun le soin de choisir son programme. Pour ce qui fut la décision de la grande majorité des cyclos, l’orage menaçant a eu raison de leur bravoure.

 

                                            Plan d'eau de La Motte chalancon-

                                                     Le Plan d'eau de la Motte Chalancon

 

               Une fois le petit déjeuner pris, qui de petit n’eut que l’appellation, nous fûmes invités à nous rendre à la salle de….fitness afin de rappeler à notre organisme son devoir de maintien….Chacun dans la bonne humeur y est allé de sa séance de musculation. Les dames en particulier se sont montrées combatives face à ces montres de ferrailles qu’elles faisaient grincer de toutes leurs articulations en tirant, poussant, soulevant leurs poids de fonte. Le jeune Hugo suscita le respect des grands après qu'il eut couru une distance impressionnante sur le tapis dit de marche.         

       L’après midi :Familier du coin, Roger nous a concocté, au départ de Rémuzat, une séance de décrassage d’une cinquantaine de kilomètres. La campagne est magnifique.

 

                                      Vue de La Motte Chalancon

                                                        La Motte Chalancon

        

                 Les pluie de printemps l’ont rendue verdoyante à souhait. Le temps se présente sous de meilleurs auspices que ce matin, un petit vent du nord vient de chasser les nuages d’un ciel à présent prometteur. Le premier village traversé : Cornillon sur l’Oule, présente les caractéristiques des sites de moyenne montagne. Viennent ensuite La Motte Chalancon et son plan d’eau, la Charce et son château. Une petite incursion dans les Hautes Alpes et nous voila au Buis ou Bruis selon les sources. Le dernier village sera Montmorin et le pied du col des Tourettes.

                   

                                               chateau-la-charce     

                                                                 Le château de La Charce

 

             Rien de méchant pour ce qui concerne les pourcentages, mais une légére montée sur les 25 kilomètres du demi parcours a réveillé quelques traces de courbatures cachées dans les muscles profonds. Souvenirs d’hier attachés à la grimpée du col de la Croix Rouge !!! .

       Facile le retour et pour cause, le vent nous vient dans le dos et ça descend !!!

      Samedi : Nous voila arrivés au terme du séjour. Ce matin carillonne le retour sur Rognonas. Le petit déjeuner est pris dans une chaleureuse ambiance. Rien de particulier à cela, car elle fut à l’ordinaire en toutes occasions et circonstances tout au long de notre escapade en Drôme Provençale.

       Les valises sont prêtes à être chargées dans les voitures de nos convoyeurs. Précieux secours que sont les bénévoles du club pour ce type de déplacement.

       Les bidons approvisionnés en eau, mes sacoches pleines de tout ce qui en fait aurait pu m’être épargné comme poids à transporter si j’avais opté pour mon tout carbone, marque ma détermination à vouloir boucler l’anneau des 300 et quelques kilomètres de ce parcours sélectionné pour les membres du groupe auquel j’appartiens.

      Pour ce début d’étape, la séparation du convoi se fait dès les premiers mètres après le départ. Le peleton de Patrick, de Roger, de Jacques, de Luc, de…..et auquel s’est joint Hélène, partiellement rétablie de sa chute v.t.t, débute leur retour par l’ascension du col du Soubeyran. Pour ce qui nous concerne, nous empruntons une partie de l’itinéraire de l’aller en descendant les gorges de l’Aygues.

     Changement de direction à Curnier. La route qui part sur la gauche en direction de Sainte Jalle présente sur une bonne douzaine de kilomètres une légére déclivité qui ne nous est en rien favorable. Quelle merde ces côtes qui n’en sont pas vraiment et qui insidieusement usent les organismes jusqu'à la corde sans que l’on y prenne garde, pour peu que l’on veuille enrouler du braquet.

                                                 

                                    Ste-Jalle.jpg

                                                                  Ste Jalle

 

      Le début du col a eu raison de l’un des membres de l’équipe féminine……qui a dù, provisoirement, monter dans la voiture de secours. Elle reprendra le vélo par la suite.

     _j’en reviens à vous parler de mon pilote qui doit à ma réserve de braquets la chance de pouvoir rester sur sa randonneuse. Dieu sait pourtant qu'il connaît le coin pour l’avoir pratiqué. D’ailleurs c’est sans doute grâce à cette connaissance qu'il gère, car dans la situation qu'il manifeste, il faut savoir gérer !!!!

      _Chaque mètre est à gagner sur l’envie de poser le pied à terre. Tous les prétextes lui seraient bons car il sait user de stratagèmes le cas échéant pour justifier un arrêt. Pour lui et vu son âge, il y a la prostate !!!. On ne rigole pas avec ça, une envie de pisser ne doit pas en principe devoir se refouler. Mais voilà, il a derrière lui quelques camarades et puis il y a Annie et Rémy son aide, son chevalier servant pour la circonstance. Alors pour le principe, pour le fun, pour la conquête d’un illusoire palmarès, il se redonne comme ambition la conquête de ce col de Peyruergue, certes sans panache, mais….sur son vélo ! 

                                       Col de Peyruergue

     Le rassemblement général des cyclistes et du staff d’accompagnants nous accueillent aux clameurs de leurs appuis sonores. Tout cela est bon enfant et suscite en moi des émotions dont le temps n’a pas altéré les souvenirs heureux. Ceux pour l’ascension des cols des Alpes dans le cadre d'un brevet cyclo-montagnard en particulier, où la famille attendait mon passage pour ensuite rallier le prochain col pour d’autres encouragements. Souvenirs où mon épouse, mes enfants, ceux des amis et d’autres, anonymes, passionnés, nous proposaient rafraîchissements et de quoi nous restaurer.

      Les kilomètres s’accumulant nous amènent à Entrechaux, lieu noté sur le bloc-notes comme étant celui de la mi-étape et du pique-nique de la journée. Une aire trouvée à la sortie du village nous offre un cadre où se poser. Le travail de nos amis de la logistique est à nouveau à citer. Tout est mis à notre disposition pour nous permettre de profiter de ce temps de récupération dans les meilleures conditions possibles.

       Tous les sportifs vous le diront, les arrêts prolongés saturent les muscles car ils bloquent l’élimination des toxines, d’où des jambes lourdes pour enfourcher le vélo pour la dernière….ligne droite avant le… port !!!

 

      Ma randonneuse aurait pu vous le raconter, mais je ne veux pas la faire culpabiliser car elle n’y est pour rien. Alors c’est moi qui vais vous parler de ce fameux coup de mou, de moins bien, comme disent les pros’ et qui sournoisement s’est abattu sur moi aux alentours de Malaucéne et même un peu après. Je me suis retrouvé complètement à la ramasse sur deux dizaines de kilomètres, allant jusqu'à compter les bornes hectométriques…c’est vous dire.

      Heureusement que dans ce club il y a des Zorro’. A tour de rôle, un système de noria s’est mis en place avec Roger, Rémy, Raphaël, Patrick et de nombreux autres pour me ramener du fin fond du trou vers une place honorable. C’est ma randonneuse qui était fière de se voir entourée par les purs sang de chez Spécialized, de chez Willier et dès je ne sais encore coursiers plus rutilants les uns que les autres. Blottie au sein d'un peloton dont les hommes de tête donnaient un tempo digne d'une rentrée au bercail, elle sut y trouver sa place. Pour ma part, suffisammant requinqué pour rester dans les roues, je pouvais enfin lui offrir la chance de cotoyer les vélos de fringuants jeunes hommes et celui des deux dames qui avaient résité à leurs assauts. Sa récompense fut  d’être honorée de cette conclusion heureuse. La mienne, d’avoir su serrer les dents!!!!.

                                           _______________________________________

 

                                                      L'intru

       Ce choix de vélo est à classer dans le domaine d’un affect particulier que j’ai pour ce caractère de cycle lorsqu’il s’agit de rouler à la journée. J’ai, en effet, le souci de rester autonome en ravitaillement d’appoint, en vêtements de rechange et de pluie au cas où.

       Si, comme dans le titre, je parle de cohabitation insolite à cause de l’aspect marginal de mon vélo, si la curiosité de mon choix me valut quelques galéjades, j’ai pu, grâce à lui, bénéficier de la compassion de mes camarades qui, pour certains, m’ont attribué le mérite d’assumer mon brin de folie.

 

 

                                               DSC03549.JPG

                                                    Anthony et Rémy, son coach!

 

 

          Notes : Je me donne le droit de décerner les palmes du courage aux dames du groupe. Je regrette pour celles, qui à bout de force, n’ont pas pu atteindre le terme de cette étape, malgré le fait d'avoir battu leur record de distance.                   

  Un accessit au jeune Anthony qui est allé, non seulement au bout de son périple, mais au delà de toute distance parcourue en une seule étape.

Je regrette pour Michel qui s'est dévoué pour cette réussite et qui, pour les raisons que nous connaissons, n'a pas pu s'entraîner comme il l'aurait voulu.

  Merci à tous les membres organisateurs de ce raid, à tous les accompagnants et.... à l'an prochain si............  

                                                            _______________________________

 

                       Les photos sont de Patrick Chetcuti, à l'exception de certaines illustrations prises sur le net

                 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Francis 02/06/2012 06:28

Les vertus intrinsèques de la randonneuse ne se démoderont jamais, au contraire,il me semble rencontrer de plus en plus de cyclos itinérants chargés du nécessaire pour la journée ou pour plusieurs
jours. Mais la cohabitation avec les coursiers carbone est parfois délicate, question poids, rigidité, nervosité... Il faut savoir pourquoi on roule, avec de l'intelligence, de l'expérience et de
la tolérance pour réussir cette gageure ! Vous n'avez laissé personne au bord de la route en proie aux serres et aux becs crochus des vautours fauves ; à moins que ceux-ci n'aient aussi joué leur
rôle dans la cohésion du groupe !
Merci Marcel pour la balade, à la prochaine.

Marcel Tauleigne 03/06/2012 17:06



Francis,


  Il s'agit, pour ce qui concerne cette randonneuse, d'un aménagement à partir d'un cadre course qui dormait dans mon garage. Je voulais tester le
guidon plat et je ne suis pas déçu car il "m'économise" les cervicales. Pour ce qui fut ma difficulté a pouvoir suivre le rythme,
honnêtement, le vélo n'y était pas pour grand chose....C'est qu'il commence serrieusement à "pleuvoir sur la marchandise". Si j'ai encore pas mal de réserve dans le domaine de l'endurance, dès
que la vitesse qui m'est imposée par un groupe dépasse "mon régime" cardio-respiratoire, je me retrouve rapidement dans "la menthe". J'espère trouver pour cet été, parmi mes anciens
camarades cyclos, de quoi faire équipe pour partir sur la journée en Ardèche.


Bien amicalement .Marcel



Présentation

  • : Le blog de Marcel Tauleigne
  • : Il s'agit d'un blog dont l'objectif principal sera de présenter mes occupations de loisir. Mon travail d'écriture, ma peinture, ainsi que ma passion pour le sport,dont je m'apprète à commenter certains souvenirs.
  • Contact

Recherche